Froidfond 1897 – Armand Guillot est « le plus petit conscrit de France »

Dans le quotidien Le Phare du 28 janvier 1897, page 3, on découvre cette curieuse brève : « Froidfond – Un des plus petits conscrits de France est assurément le jeune Armand Guillot, qui va, aujourd’hui, mercredi, à Challans, mettre la main dans l’urne. Il mesure un mètre huit centimètres et pèse 21 kil. 500… » – né en 1876, il a 21 ans. L’époque était gourmande de ce genre d’information, ou de « record… »

Extrait du Phare de la Loire du 28 janvier 1897 (archives de la Shenov – fonds Auguste Barrau)

Et cela explique l’existence d’une carte postale ancienne non moins curieuse, laquelle nous montre Armand Guillot à Froidfond, d’après une photo signée A. Berthon accompagnée par quelques vers de Jean de la Jariette :

« C’est moi qui suis Armand Guillot,
Le plus petit conscrit de France…
Je n’ai qu’un mètre sept de haut,
Mais ne jugez sur l’apparence :
Car bon onguent a petit pot… »

Armand Guillot est alors âgé de 21 ans…

Froidfond à l’honneur…

La nouvelle du Phare de la Loire sera reprise – avec de petites variantes – par le journal La Mayenne du dimanche 31 janvier : « Froidfond – Un des plus petits conscrits de France est assurément le jeune Armand Guillot, qui, mercredi, à Challans, a mis la main dans l’urne. Il mesure un mètre huit centimètres et pèse 21 kil. 500. Le jeune Froidfontain (sic) enfonce le record que nous avons signalé ces jours derniers. » Information reprise aussi par Le Phare des Charentes du 21 février : « Le plus petit conscrit de France – Un des plus petits conscrits de France est assurément le jeune Armand Guillot, de Froidfond (Vendée), qui est allé à Challans mettre la main dans l’urne. Il mesure 1m,08 et pèse 21 kilog. 500. »

« Mettre la main dans l’urne… »

La loi du 10 mars 1818 avait établi le recrutement militaire des jeunes Français par tirage au sort. Selon le « bon » ou le « mauvais » numéro tiré dans une urne, l’appelé était libéré de toute obligation ou partait pour un service obligatoire de six ans – les plus fortunés pouvaient « se faire remplacer. » En 1897, la loi a changé : le service militaire est de trois ans et tous les appelés partent, mais le tirage au sort sert à déterminer l’arme d’affectation. Ce tirage au sort sera supprimé en 1905 et la durée du service passera alors… à deux ans…

Froidfond – l’église et le presbytère (document Shenov)

Sources : archives de la Shenov ; archives départementales de la Vendée et du Bas-Rhin ; histoire-généalogie.com ; RetroNews Gallica BnF ; recherches et documents LNC.


© Les Nouvelles de Challans, 20 janvier 2024 – Didier LE BORNEC

Impression ou PDF de l'article (vérifiez le format pour les photos)