Challans – La rue Carnot dans les souvenirs de Maurice Despret (2e partie)

Après la rue Carnot en 1936, une nouvelle carte postale montrant le même lieu une douzaine d’années plus tard. La librairie-papeterie Despret s’est modernisée. À droite de la route, les rails du train à vapeur puis de l’autorail Challans-Fromentine ont été enlevés – la ligne a fermé en 1949. Des automobiles récentes et anciennes côtoient des véhicules hippomobiles

Maurice Despret écrit au dos de la photo : « Nous sommes en 1947, » mais c’est donc après 1949. Ayant quitté Challans quelques années plus tôt, il est de retour, avec son épouse Christiane « et nous venons de faire notre première boutique de marchands de journaux… »
« Sur le trottoir de droite, il y a nos trois vélos que nous ne rentrions que le soir, car nous ne pouvions pas les mettre dans le magasin dans la journée, il n’y aurait plus eu de place pour les clients. Le 1er magasin faisait 17 m² – c’était un couloir élargi, – celui-ci faisait 35 m². »

Plus loin, « on voit très bien les 12 et 14, rue Carnot, qui étaient alors des maisons bourgeoises. » Elles se trouvent sur la gauche, après les deux automobiles modernes : on reconnaît le porche de l’auberge dans laquelle dormit Louis XIII en avril 1622… Ces maisons « allaient devenir de brillantes enseignes sous l’impulsion du tandem Biteau-Despret. » Nicole, fille de Christiane et de Maurice, épousera Bernard Biteau, qui ouvrira l’actuelle Pharmacie de la poste à côté de la Maison de la presse.

Devant ces demeures, de part et d’autre d’un porche plus haut, on peut voir aussi « les deux maisons basses qui ont été abattues pour devenir la place et la Poste de Challans… » Voir la 4e partie

Une photo prise le même jour

Ci-dessous, une autre photo annotée par Maurice Despret et « prise le même jour » plus bas dans la rue. Pour preuve, « on retrouve Madame Septet Gilberte avec son vélo, à gauche, vendant ses sardines, » sur la première carte postale, « elle était au milieu de la rue. »

On découvre aussi que par la suite « Le Louis XIII a été agrandi avec la construction d’une salle à manger (à droite aussitôt le café) à l’emplacement d’une remise qui appartenait à la quincaillerie SALMON, » magasin situé en face. C’est de nos jours la grande salle du restaurant. Le Louis XIII était alors un café, et autrefois l’auberge où le jeune roi Louis XIII se serait restauré avant d’aller coucher au-dessus de la future pharmacie Biteau !

Le restaurant le Louis XIII aujourd’hui (LNC)

Sources : documents de Nicole Biteau, fille de Maurice Despret ; Shenov ; recherches LNC.


© Les Nouvelles de Challans, 27 octobre 2022 – Didier LE BORNEC

(Vérifiez le format pour les photos)