Challans 1944 : De la place du Commerce à celle du Général de Gaulle

En visite en Vendée, le Président Charles de Gaulle s’est arrêté à Challans le 19 mai 1965. Arrivant de Froidfond, et débouchant de la rue Bonne fontaine, pas encore en sens unique, il a dû, debout dans sa DS, traverser sans le savoir une place qui portait son nom depuis 21 ans déjà. Son passage dans la commune est sans rapport, contrairement à ce qu’on pourrait penser. D’ailleurs, ce fut sur le parvis de l’église Notre-Dame, devant la place des Marronniers, qu’il prononça un discours.

La place du Général de Gaulle dans les années 1960
La place du Général de Gaulle dans les années 1960
La place fut rebaptisée en octobre 1944

Fin août 1944, l’armée allemande quitte Challans, qu’elle occupait depuis juin 1940 (1). Jean Gillon est alors maire depuis 9 ans. Il a été élu par les Challandais en 1935, mais nommé le 12 mars 1941 par le préfet de la Vendée, sous le gouvernement de Vichy, dont Gillon était partisan. Après son installation en 1941, et « sur proposition du maire, » le conseil municipal adressera même une lettre d’hommages appuyés  « au vénéré Chef de l’État, M. le Maréchal Pétain… »

Aussi Jean Gillon n’ira pas jusqu’au bout de son second mandat. Le conseil municipal est dissous en septembre 1944, et le représentant du Comité Français de Libération Nationale (CFLN), « Chargé des Fonctions Préfectorales du département de la Vendée, » arrête que M. Henri Pierre, comptable, sera « délégué dans les fonctions de Maire de la Commune de Challans, » épaulé par une quinzaine de conseillers, délégués eux aussi (2). Henri Pierre était président du Comité local de libération ; il était également chef de la résistance challandaise. Dans son premier groupe, dès 1941, on trouvait Marcel Hervé, Eugène Marais, et le lieutenant Constant Debouté.

Hommage au Général et aux F.F.I.

On comprend mieux pourquoi, dix jours après, le 1er octobre 1944, « Sur la proposition du Maire, le Conseil Municipal décide de donner à la Place du Commerce le nom de : Place du Général de Gaulle, » mais aussi « au Boulevard du Midi, celui de Boulevard des F.F.I. » C’était un hommage à « Charles de Gaulle, le libérateur, » cofondateur du CFLN, et sans doute au capitaine Debouté, responsable des F.F.I. à Challans (Forces Françaises de l’Intérieur). « Receveur municipal » dans le civil, il demeurait boulevard du Midi, dans la perception-gendarmerie. Mais à l’époque, Constant Debouté avait monté un camp d’entraînement pour 200 hommes au bois des Raillères, à 2 km de Challans. Puis, fin novembre 1944, promu capitaine, il était envoyé avec son bataillon « sur le front Sud de la poche de Saint-Nazaire où se concentraient d’importantes forces allemandes qui ne capituleront qu’après le 8 mai 1945. » C’est là qu’il sera – de nouveau – grièvement blessé, des blessures qui entraîneront sa mort en I946.
La rue prolongeant le boulevard des F.F.I. deviendra alors la rue du Capitaine Debouté…

La petite halle au beurre de Challans
La petite halle au beurre de la « place du Commerce » était encore debout en 1944

À noter que la rue de Nantes ne sera renommée rue du Général Leclerc qu’en décembre 1947, sur proposition de Constant Pinaud, conseiller municipal de Victor Charbonnel. Philippe Leclerc venait de mourir dans un accident d’avion, en Algérie (le 28 novembre 1947).


(1) La date officielle de la libération de la Vendée est le 17 septembre 1944.
(2) Ils le demeureront environ 7 mois, jusqu’aux élections municipales d’avril 1945, où sera élu Victor Charbonnel, médecin vétérinaire.

Sources : les Archives de la Vendée ; la Shenov : Challans sous l’Occupation (Journal de Constant Debouté) ; Bernard de Singly ; Erick Croizé ; LNC.


© Les Nouvelles de Challans – Didier LE BORNEC

(Vérifiez le format pour les photos)