L’Insee récence la population de La Garnache

Au XVIe siècle, vers 1588, Agrippa d’Aubigné (1) écrivait : « La Garnache (…) c’est une ville champestre, qui n’a que dix ou douze maisons habitables, et un chasteau assez beau… » Nous étions en pleines Guerres de religion. Le premier relevé précis de la population date de 1793, cette fois au début des Guerres de Vendée. La commune avait considérablement évolué : la base de données Cassini EHESS indique 2 000 citoyens et citoyennes (2). Ce mouvement se poursuivra : en 1861, 68 ans après, la population est passée à 3 005 habitants.

Mais les différentes autres guerres feront tristement redescendre ces chiffres… conflits de 1870 ; 1914-1918 ; 1939-1945. Il faudra attendre 1968 pour voir de nouveau une augmentation régulière de la population – on était cette année-là tombé à 2 628 âmes. Cependant, les 3 153 habitants de 1872, par exemple, ne seront approchés qu’en 1982 avec 3 152 personnes recensées. Enfin, un nouveau palier sera franchi en 2006 seulement, avec 4 202 habitants.

Population « estimée »

Le dernier recensement de La Garnache date de 2016 : 4 956 habitants. Ces enquêtes sont réalisées tous les 5 ans par l’Insee (Institut National de la Statistique et des Études Économiques) ; entre temps, la population est estimée, « et toujours avec trois années de retard, » précise François Petit, maire de La Garnache. Un nouveau dénombrement était donc prévu pour 2021, mais l’Insee indique sur son site : « du fait de la crise sanitaire de la Covid-19 (il) a été reportée en 2022. » Du coup, l’institut « a adapté ses méthodes de calcul pour pallier ce report et continuer à produire des populations légales de qualité chaque année. » En résumé, La Garnache compterait aujourd’hui 5 114 habitants.

Dix agents recenseurs ont été recrutés : Michel DA PURIFICACAO ; Maryline DUGUÉ ; Sophie DUGUÉ ; Sarah ELBAZ ; Susana GELEBART ; Lætitia GEORGES ; Marie MENOU ; Delphine MESSIAEN ; Stéphanie PAGEAU ; Rowan MABELLE. Ici, neuf d’entre-eux en compagnie de François Petit et des deux agents communaux (formés par l’Insee) qui supervisent l’opération : Ludovic Chanteloup-Péroys et Karine Alletru

L’importance du recensement

Finalement, le nouveau recensement a commencé ce 20 janvier, il devrait s’achever le 15 février. Pour cela, 10 agents ont été recrutés. Sans entrer chez les gens, pour cause de pandémie, ils distribuent des formulaires papier aux personnes qui n’ont pas accès à Internet, et fournissent sinon un lien afin de remplir un questionnaire en ligne. « Ça ne prend pas deux minutes, » comme on l’entend parfois, précise François Petit, « c’est de l’ordre de 10 ou 15 minutes, mais il est possible de faire une pause en cliquant sur compléter plus tard… » Le principal est de le remplir, « car c’est un acte très important, essentiel ! » Les dotations aux municipalités sont basées notamment sur la fameuse population légale : « si elle est éloignée de la réalité, nous pouvons avoir mille personnes de plus sans pour autant recevoir les recettes appropriées. » Et de celles-ci dépendent en grande partie le fonctionnement de la commune, de ses écoles… dépendent ses projets…


(1) Théodore Agrippa d’Aubigné (Pons en Saintonge, 1552 – Genève, 1630) – farouche huguenot, homme de guerre, cependant écrivain et poète ; il fut aussi l’ami et l’écuyer du futur Henri IV.
(2) EHESS : École des Hautes Études en Sciences Sociales.


© Les Nouvelles de Challans – Didier LE BORNEC

(Vérifiez le format pour les photos)