Le nom de la place Aristide Briand vient des anciens combattants pacifistes challandais

L’origine du nom de la place Aristide Briand est peu banale, et découvre une partie mal connue, oubliée, de l’histoire de Challans.

Lors du conseil municipal du 26 juin 1932, le maire, Maurice Ballineau, « donne lecture d’un vœu qui lui a été adressé le 7 courant par le président de la section challandaise de la Ligue des anciens combattants pacifistes. » Cette ligue aussi est aujourd’hui oubliée ; elle comptait peu d’adhérents au niveau national mais ils étaient très actifs, leur volonté étant « de ne plus jamais revoir les horreurs de la guerre de 14-18. » À Challans, les pacifistes – et la Ligue des Droits de l’homme qui poursuivait les mêmes buts, – essayaient de tenir régulièrement des réunions, de donner des conférences, mais troublées et parfois interrompues par les royalistes et conservateurs locaux.

Maurice Ballineau (photo archives de la Shenov)
La place du Marché

Dans sa lettre, le président challandais de la Ligue expliquait que sa section « est désireuse de voir perpétuer la mémoire de celui qui, pendant de nombreuses années, incarna en sa personne l’idée sublime de la Paix (…) aux yeux de la France mais aussi du monde entier… » soit Aristide Briand. Et il est proposé au conseil que « l’une des places de notre ville, la place des Grandes halles, appelée également place du Marché, » prenne son nom.

Aristide Briand à son bureau (photo gallica.bnf.fr)

Aristide Briand, Nantais de naissance, était mort le 7 mars 1932 à Paris. Il fut un homme politique (socialiste) influant : vingt-trois fois ministre, onze fois président du Conseil (notamment pendant la Première guerre mondiale) ; il fut aussi rapporteur de la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905… Aristide Briand deviendra après 1918 le défenseur d’un rapprochement franco-allemand – ce que les conservateurs condamnaient vivement ; méfiants à l’égard de l’Allemagne… Il obtiendra le prix Nobel de la paix en 1926, considéré comme « l’apôtre de la paix, » et plus tard comme le « précurseur des États-Unis d’Europe. »

Vote à bulletins secrets

Maurice Ballineau était un maire républicain. Élu en 1919, il s’agissait du troisième mandat de ce gendarme retraité et ancien chef de corps des pompiers de la ville. Il était pour le projet. Mais en fin de délibération, « afin de permettre à chacun d’émettre librement son opinion, » il fut voté « à bulletins secrets par oui ou par non s’il y a lieu de tenir compte de (cette) suggestion. » Sur 16 votants, le résultat fut : 13 oui, 2 non, et un blanc. Conclusion : « En conséquence, la place du Marché sera à l’avenir désignée sous le nom de place Aristide Briand. »

Les halles – salle des fêtes construites en 1931 sur la « place du Marché »

Sources : archives départementales de la Vendée ; Erick Croizé ; la Shenov ; gallica.bnf.fr ; recherches et documentation LNC.


© Les Nouvelles de Challans, 29 septembre 2022 – Didier LE BORNEC

(Vérifiez le format pour les photos)